PΦlitique

Aube dorée : « Le FN autorise les homosexuels et les Roms ? Pas nous ! »

 

« Xénophobe » pour certains, « néo-nazie » pour d’autres, l’Aube dorée grecque renfonce sa rhétorique nationaliste dans sa légitimité parlementaire. Ourania, responsable du pôle jeunesse et fille du leader d’extrême-droite Nikolaos Michaloliakos, sort son parti de cinq mois de silence médiatique.

 

Les photos d’Ourania, fille du leader de l’Aube dorée Nikolaos Michaloliakos, sont plutôt rares ( photo DR)

Les photos d’Ourania, fille du leader de l’Aube dorée Nikolaos Michaloliakos, sont plutôt rares ( photo DR)

 

Ourania a 24 ans. Quand ses camarades athéniens font la tournée des bars du quartier de Gazi pour oublier leurs sombres perspectives d’avenir, elle, prend en charge le pôle jeunesse de l’Aube dorée. Ce parti d’extrême-droite ultra-nationaliste, dirigé par son père Nikolaos Michaloliakos s’est trouvé renforcé par la crise financière qui sévit en Grèce, au point de placer dix-huit députés sur les bancs du Parlement en mai 2012. Une tendance qui pourrait s’accentuer dans un pays aussi meurtri que désavoué par une grande partie de la zone euro.

Si les raccourcis empruntés lors de cet entretien (agrémenté de plusieurs éléments de contexte en bas-de-page), peuvent incommoder le lecteur français, il s’inscrit pourtant dans une parole politico-médiatique grecque décomplexée, et parfois avide de bouc-émissaires. Mise au point avec l’une des figures du fascisme moderne.

 

« Ourania Michaloliakos, votre parti est régulièrement condamné par les tribunaux pour des actes de violence sur des immigrés (le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a d’ailleurs dénoncé des « crimes antidémocratiques » de certains de ses sympathisants). Comment un parti élu démocratiquement peut-il cautionner ces actes de barbarie répétés ?

- La violence est partout. Aujourd’hui, on estime qu’environ quarante crimes sont perpétrés tous les jours par des immigrés (1). Les médias se plaignent de notre violence mais ne voient pas celles de ces « pauvres étrangers » qui volent et assassinent. Je ne vais pas vous dire que nous n’avons jamais blessé personne, ce serait évidemment un mensonge (2). Mais je ne suis pas responsable pour tous nos électeurs. Moi, je ne frappe personne (3), mes amis non plus. Il ne s’agit pas de répondre à la violence par la violence, mais de se défendre si l’on est attaqué. De la même manière, personne ne précise si un guet-apens est l’œuvre d’un électeur de Nouvelle Démocratie (parti conservateur) ou du Pasok (parti socialiste). Nous seuls avons droit à ce traitement de faveur. Nous sommes piégés par les médias qui veulent ternir notre image.

 

Rencontre avec Ourania

Une vingtaine de sollicitations restées lettres mortes, pléthore de refus tantôt cordiaux tantôt menaçants, et un historique Firefox repu de sites aussi tendancieux qu’un sketch de Dieudonné… Voilà le périple, étalé sur quatre mois, qui attend le journaliste désireux d’obtenir un verbatim d’Aube dorée.

Récemment installé sur l’avenue Mesogeion, l’une des principales artères d’Athènes, le parti ultra-nationaliste grec a investi un bâtiment glauquissime, avec volets clos, porte blindée et digicode pour seule ouverture vers l’extérieur. Derrière un hublot opaque, deux gaillards vêtus de leurs uniformes paramilitaires surveillent le moindre passant qui s’aventure près du seuil. Sauf que le seuil, c’est déjà trop près. La porte s’ouvre. Molosses un peu, colosses surtout. Polis mais patibulaires, les deux cautions pectorales du parti bloquent l’entrée, le menton haut, les bras croisés et la posture aussi fière qu’une couverture de GQ. Derrière eux, des murs gris comme l’ennui abritent un silence de mort, et des photos de défilés aussi sexy qu’un régiment allemand.

Une jeune fille daigne descendre du premier étage, s’approcher et pencher prudemment la tête dans l’entrebâillement. Elle, c’est Ourania Michaloliakos, en charge du pole jeunesse d’Aube dorée. Fraîchement diplômée d’un master de psycho, elle est accessoirement née d’une mère parlementaire et d’un père leader du parti aux 18 sièges. « Impossible. On n’accorde plus d’interviews. Les médias étrangers nous ont trop desservis. N’insistez pas, je ne répondrai pas. Mes propos ont déjà été trop de fois déformés. »

Démarche balourde et sourire généreux, la brunette de 24 ans acceptera, après d’âpres négociations, de répondre à quelques questions. « Mais pas ici », stipule-t-elle. Tant pis pour le tour du propriétaire, l’entretien se déroule au bar d’une station essence, en sortie d’autoroute de l’Attique. Finalement très disponible, elle commande un café frappé pour tout le monde, puis sort son iPhone 4, orné d’une house rose-bonbon et surmonté d’oreilles de lapin. Loquace mais prudente, elle enregistre en même temps que nous cet entretien en anglais. - S.A. et D.d.A.

- C’est pourquoi vous refusez les interviews depuis novembre 2012 ?

- Ces journalistes qui disaient qu’Aube dorée ne devrait pas être au Parlement pensaient décourager les électeurs de voter pour nous (aux législatives de mai 2012). Les sondages affirmaient que nous ne ferions que 2,5 % des voix, puis 4,9 %. Résultat : on a réuni 7 % des suffrages. Les médias, les sondeurs et les analystes politiques nous mentent. C’en est la preuve.

- Des membres d’Aube dorée ont agressé des spectateurs lors de la première de la pièce Corpus Christi (lire à ce propos : Le martyr de l’Aube dorée). Vous conviendrez que ça n’aide pas à effacer votre réputation sulfureuse…

- Je n’y étais pas. Mais, à vrai dire, je ne comprends vraiment pas qu’il puisse exister une pièce de théâtre dans laquelle Jésus est un « pédé » (4). Personnellement, je m’en fiche un peu de l’aspect religieux. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le problème n’est pas religieux mais national. Quand un prêtre déchire un exemplaire du Coran, on a toujours droit à d’énormes émeutes de musulmans dans la rue. Donc, en gros, ça veut dire qu’en Grèce, les musulmans ont le droit de manifester pour défendre leurs convictions, mais que moi, en tant que chrétienne, je n’ai pas le droit de protester contre la pièce d’un Albanais qui veut juste décrédibiliser le Christ.

 

« Les jeunes grecs ne se préoccupent que de boire leur café et regarder la télé ! »

 

- Le fait que le metteur en scène soit Albanais vous rend-il la pièce plus insupportable encore ?

- Les Albanais sont nos ennemis pour des raisons historiques et nationalistes. Evidemment, je n’irai pas jusqu’à tuer tous les Albanais que je croise. Si vous étudiez notre histoire, vous verrez que nous avons versé notre sang pour notre pays. Et pourtant, c’est aux Albanais que l’Epire du Nord a été donné. De nos jours, si quelqu’un parle le grec en Albanie, il finit ses jours en prison (5). Donc, par principe, je n’apprécie pas l’idée que le metteur en scène soit Albanais. Mais ça aurait été encore pire s’il avait été Grec ; je veux croire que mon peuple vaut mieux que ça, même s’il ne le prouve pas vraiment en ce moment…

- Que voulez-vous dire ? L’Aube dorée peut-elle être déçue par son propre peuple ?

- Les Grecs ont prouvé qu’ils ne comprenaient pas des choses qui sont pourtant très simples. Ils ne comprennent pas que notre pays est en train de mourir à cause de la crise économique, à cause du chômage des jeunes, à cause de la production nationale inexistante. Les jeunes grecs ne se préoccupent que de deux choses : boire leur café et regarder la télé ! C’est la faute du capitalisme, qui lave le cerveau des gens pour les forcer à acheter des choses dont ils n’ont pas besoin, et leur faire adopter un style de vie qui n’est pas sain. Les Américains sont les premiers coupables. Ils sont tous obèses (6) et, pourtant, ils produisent des films avec des garçons et des filles minces. C’est absurde. Lorsqu’on promeut une esthétique de la minceur, il faut bien que la société suive. Sans compter qu’ils essayent de nous faire croire qu’on est complètement impuissants. Tous les pays sont puissants ! L’Histoire a prouvé que, lorsque les peuples sont unis et fiers de leur pays, ils acquièrent beaucoup de pouvoir.

- Vous énumérez vos bouc-émissaires idéals, et n’avez pourtant toujours pas cité la Troïka. Venant de vous, c’est assez inhabituel…

- Ça, c’est l’ennemi suprême. Nous voulons la combattre en permettant à notre peuple de s’exprimer, de prendre des décisions qui seraient bonnes pour lui. Si le peuple dit non au FMI, nous disons non au FMI. Parce qu’au final, si la Grèce sort de l’Eurozone, c’est l’Eurozone qui perd au change. Nous avons déjà payé pour l’Euro, donc pourquoi devrions-nous payer à nouveau ? Ils nous réclament un argent que les Allemands nous doivent depuis l’invasion nazie de la Grèce. Mais nous, nous n’avons jamais rien réclamé, c’est là toute la différence.

- Mais que proposez-vous concrètement pour la sortie de crise ?

- Il y aurait tellement de choses à faire… à commencer par une production alimentaire nationale et le renforcement de nos frontières. Les immigrés ne devraient pas pouvoir entrer sur notre territoire (7). Quand nous aurons assez d’argent pour nourrir tous les Grecs, alors seulement ils seront les bienvenus. La Nation en premier, l’Europe et le reste après. Aussi, nous voulons une Grèce qui ne dépende de personne économiquement…

- Quels sont vos liens avec les mouvements d’extrême droite européens ?

- J’ai beaucoup d’amis qui appartiennent à des groupuscules étrangers, mais pas de manière officielle. En France, nous avons quelques idées communes avec le Front National. Je n’ai pas lu tout le programme de Marine Le Pen, mais je crois savoir que nous partageons l’usage du terme « nationaliste ». En revanche, elle autorise les homosexuels ou les Roms dans son parti, pas nous ! (8). Que sont des Roms, dites-moi ? Ces gens ne sont pas des Grecs ! Ils ne peuvent pas se sentir Grecs puisqu’ils ne le sont pas. Je ne veux pas de ça dans mon pays et je pense qu’ils n’ont rien à faire ici. Ils peuvent bien retourner d’où ils viennent.

- On dit que bon nombre de policiers sont des électeurs d’Aube Dorée…

- Ils votent pour nous, c’est vrai. Et pourtant, ils ne peuvent pas adhérer au parti. C’est interdit par la loi. Par contre, si un policier veut entrer au parti communiste, c’est autorisé. Mais passons…

 

« Si quelqu’un est gay et qu’il le cache, on ne le jugera pas »

 

- Comment être jeune, et fille du leader de l’Aube dorée, dans un contexte de radicalisation et de montée des extrêmes (gauche et droite) en Grèce ?

- Mes amis et moi ne parlons pas de politique. Je ne les insulte pas, ils ne m’insultent pas. J’ai des amis communistes et anarchistes et ne suis pas forcément d’accord avec eux. Mais nous avons d’autres choses en commun. J’avais même des amis gays, mais désormais je n’en ai plus. Pas parce qu’ils sont homo mais parce qu’ils ne m’ont pas traitée comme je le souhaitais. Vous savez qu’Aube Dorée n’est pas un parti très gay-friendly… mais chaque membre a sa propre liberté de penser.

- Rappelez-nous la différence entre « ne pas être gay-friendly » et « être homophobe » ?

- Tout dépend de ce que vous entendez par « homophobe ». Ce n’est pas comme si nous étions terrifiés à la vue d’un gay, ou que nous allions le frapper. Mais nous pensons qu’il n’est pas naturel d’être homosexuel. Si quelqu’un est gay et qu’il le cache, on ne le jugera pas. Mais la sexualité doit être en accord avec la morale. Vous ne voudriez pas voir un couple hétéro s’embrasser, pantalons baissés dans les rues… pour les homos, c’est pareil. Tout est une question de limites.

- Pourquoi réfuter le terme de « néo-nazi » depuis votre entrée au Parlement grec ?

- Les médias ne l’utilisent que pour nous discréditer et faire croire aux Grecs que nous sommes leur pire ennemi. On ne peut pas être nazi, pour la simple et bonne raison qu’on n’est pas allemand. Ce n’est pas qu’on déteste les autres, c’est juste qu’on aime notre pays. C’est un crime ? On veut juste que la Grèce soit réservée aux Grecs. Il ne s’agit pas de tuer tous les immigrés. On n’est pas fou. Je veux dire, pour l’amour de Dieu… On croit juste qu’il existe certaines solutions pour assurer un meilleur avenir à nos enfants.

- Vous admettrez que vos symboles et vos items sont très inspirés du IIIe Reich…

- Notre drapeau est inspiré de celui de l’Union Britanniques des fascistes, d’Oswald Mosley. Le rouge est la couleur du sang, et rappelle notre idéologie raciale. Quant à la swastika, c’est un symbole grec ancien que vous pouvez apercevoir dans tout le pays. Si vous pensez que cela ressemble à une croix gammée, c’est parce qu’on ne cesse de vous le répéter dans les médias. C’est de la propagande.

 

« Le monde entier devrait avoir un problème avec les juifs »

 

- Vous considérez-vous comme antisémite (9) ?

- Je pense que le monde entier devrait avoir un problème avec les juifs. Les faits sont parlants. Regardez ce qui se passe en Palestine, à Gaza. Ils ont commis les pires crimes qui soient.

- Vous sentez-vous proche du Hezbollah ?

- Pas vraiment. Même si, personnellement, je peux dire que j’adhère, voire que j’admire qu’un groupe se batte pour son pays. Par ailleurs, je suis convaincue que le sionisme est un ennemi. Mais les musulmans sont pour nous, un ennemi bien plus dangereux encore. L’islam a terrorisé la Grèce depuis trop longtemps pour que nous puissions nous sentir proches d’un parti musulman.

- L’échéance des prochaines élections municipales et européennes approche…

- C’est trop tôt pour en parler. Tout ce que je peux dire, c’est que nous allons faire mieux que lors du dernier scrutin. D’ici là, qui sait… peut être qu’une crise majeure va nous donner encore plus de force. Peut-être qu’à l’inverse, les évènements vont nous desservir. Ces prochains mois seront cruciaux et nous serons à la hauteur. Désormais, les sondages nous donnent 12 % des suffrages. »

Propos recueillis par Sofia ANASTASIO et David de ARAUJO

 

(1) Les chiffres officiels montrent qu’environ la moitié des crimes et vols commis en Grèce le sont par des immigrés, le plus souvent illégaux, appartenant en général à des organisations venues d’Albanie ou de Bulgarie. Pour aller plus loin : BBC – Des Grecs en pleine crise, confrontés à une vague de criminalité (article en anglais).

(2) Les membres d’Aube dorée ont été maintes fois condamnés pour des violences physiques contre les immigrés ou les militants de gauche. Pour aller plus loin : Agoravox – « Les violences xénophobes du parti néo-nazi grec se développent dans l’indifférence générale »

(3) Ourania Michaloliakos a été arrêtée en juin dernier à Athènes. Elle avait été accusée d’avoir agressé avec cinq autres personnes, un homme d’origine pakistanaise. Elle a été relâchée faute de preuves.

(4) Traduit depuis l’anglais : «… a play in which Jesus is a fagg. »

(5) Référence faite à la persécution dans les années 1930 de la minorité grecque qui vivait en Epire du Nord, région du sud de l’Albanie que se sont longtemps disputés les deux pays. Aujourd’hui, rien ne permet d’affirmer que ces violences existent toujours.

(6) Selon le Centre national des statistiques de la santé (Etats-Unis), 35,9% des Américains de plus de vingt ans étaient en 2010.

(7) Dans son programme, Aube Dorée propose de « miner » la frontière entre la Grèce et la Turquie. Pour aller plus loin : Les Inrocks – « Qui sont vraiment ces néo-nazis qui débarquent au Parlement Grec ? »

(8) Si, officiellement, « Les adhérents [du Front National] sont des Français issus de toutes classes socioprofessionnelles, de tous les milieux », et que le parti « n’a pas vocation à regrouper une partie des Français pour s’opposer à une autre », le parti dirigé successivement par Jean-Marie et Marine Le Pen a pris position à plusieurs reprises contre les communautés roms et homosexuelles. Pour aller plus loin : Les Inrocks – « Le FN a un problème avec la question gay » ; Le Figaro – « Roms/marché du travail : le FN est contre »

(9) Le leader du parti Aube Doré, Nikolaos Michaloliakos, a publiquement nié l’existence des chambres à gaz et a érigé Hitler comme « grande personnalité historique du XXe siècle ». Pour aller plus loin : L’Express.fr – « Grèce : le chef néonazi nie l’existence des chambres à gaz »

Tags: , , ,

2 Comments

  1. « Aussi, nous voulons une Grèce qui ne dépende de personne économiquement… » on peut dire que c est mal barré!

  2. Marie-laure says:

    Arrêtez de faire du mal aux étrangers, ils ont bon dos après 30 années de gabégie dans votre pays ! Profitez plutôt de ces années/mois à pensez à toutes les fraudes que vous avez faites et redevez honnêtes pour qu on aie envie de continuer de vous aider.